• Accueil
  • > Archives pour février 2009

1ère hausse des prix depuis septembre 2008 sur le Grau du Roi !

25022009

cotationpricegraphgenerator.png

Pour la 1ère fois depuis 5 mois, les prix ont recommencé à augmenter sur notre commune du Grau du Roi… Les acheteurs reviennent en nombre dans notre agence et notre Chiffre d’affaires de février 2009 est supérieur de + 200% par rapport à février 2008!!! Nous avons en effet réalisé 2 fois plus de vente que l’année dernière: un record depuis 2002.

C’est à ne plus rien y comprendre




Vous avez dit crise du siècle!? Bizare, bizare!

24022009

untitled.bmpD’après le Crédit Foncier les acheteurs sont là car ils ont enregistré 12 000 dossiers de prêts sur les six premières semaines de l’année 2009, contre 6 400 lors de la même période de 2008. D’autre part, les stations de ski sont remplies, les magasins de meubles ne désemplissent pas et la consommation est même repartie en janvier. IL y a quelque chose que je ne comprends pas….




Avantages fiscaux pour les logements BBC

24022009

Avantages fiscaux pour les logements BBC photo_news-marche2Depuis le début de l’année, les acquéreurs d’une résidence principale neuve titulaire du label Bâtiment Basse Consommation (délivré sous la marque Effinergie) et associé à une certification, bénéficient d’un crédit d’impôt supplémentaire. En application du décret du 2 janvier 2009, les logements, individuels ou collectifs, éligibles au label Bâtiment Basse Consommation (BBC 2005), donneront droit à crédit d’impôt sur les intérêts d’emprunts de 40 % pendant 7 ans, au lieu de 40 % la première année et de 20 % sur les années suivantes.

« Une telle disposition peut par exemple générer jusqu’à 12 000 euros d’économie pour un emprunt de 300 000 euros « , indique l’association Qualitel, chargée des certifications de l’habitat neuf. Qualitel et ses filiales Cerqual et Cequami, en charge des certifications de l’habitat neuf ont été mandatés pour délivrer le label Bâtiment Basse Consommation sous la marque Effinergie. Info Explorimmo




Les français ne croient pas au krach immobilier

24022009

Les français ne croient pas au krach immobilier photo_news-marche1D’après Explorimmo  » La baisse à venir devrait être d’une ampleur moindre que la hausse des années passées « , telle est la principale conclusion de la huitième édition de l’Observatoire Caisse d’Epargne, selon laquelle les Français ne croient pas au krach immobilier. Ils envisagent certes majoritairement une baisse des prix (61 % en janvier 2009, contre 16 % en mai 2006), mais ils ne sont que 12 % à imaginer un repli important.

Autre enseignement tiré de l’enquête : il semble que les Français ont perçu positivement les évolutions récentes, puisque leur appréciation sur le caractère attractif du niveau des prix se redresse nettement, même si la majorité d’entre eux ne les jugent pas encore intéressants. Ainsi, 31 % des Français jugent que le moment est favorable pour acheter, et 47 % considèrent qu’il est préférable d’attendre. Pour autant, l’image de l’immobilier comme placement ne semble pas ternie et la volonté d’accession des Français n’est pas remise en cause, notamment chez les jeunes. La phase baissière du cycle immobilier qui est engagée devrait être marquée par une baisse des prix de l’ordre de 10 % en 2009 dans l’ancien.




A trop attendre…

16022009

bd21.png cliquez sur l’image




Des taux de crédit à moins de 4,5% avant l’été ?

13022009

vu sur explorimmo – Bonne nouvelle pour les candidats à l’achat : les taux des crédits habitat sont à nouveau orientés à la baisse depuis quelques semaines. Et la tendance devrait s’accélérer au cours des prochains mois.

Selon la dernière édition de l’Observatoire du financement des marchés résidentiels, le taux moyen des prêts immobiliers était de 4,78 % en janvier, contre 4,99 % en décembre et 5,15 % – un record depuis 2001 – en novembre. « Le repli est enclenché et il est rapide, la plupart des établissements de crédit ayant choisi de redynamiser le marché », commentent les analystes du Crédit Logement, auteur de l’étude. L’assouplissement de la politique monétaire de la Banque centrale européenne joue en faveur d’une poursuite du mouvement, et le Crédit Logement prédit un taux à moins de 4,5 % d’ici à l’été. Un coup de pouce non négligeable, dans la mesure où, comme le calcule l’Observatoire, « une baisse des taux de 100 points de base est équivalente en terme de solvabilité de la demande à une baisse des prix de l’ordre de 10 % ».




Statistiques sur les recherches internet à propos de l’immobilier

13022009

Sur Google Trend (tapez cela dans google), vous pouvez tester n’importe quelle expression et vérifier si celle ci est plus ou moins emandée depuis 2004. J’ai testé pour vous les deux expressons suivantes:

ACHAT IMMOBILIER

statsachat.png

VENTE IMMOBILIER

statsvente.png

C’est parlant non!? A noter le rebond de l’expression « achat immobilier » en Janvier 2009 – chose constatée dans nos agences




5 raisons d’acheter aujourd’hui

13022009

1. Les prix ont baissé

Dans le neuf les promoteurs, qui ont des stocks sur les bras, consentent souvent des ristournes encore inimaginables il y a six mois. Frais de notaires offerts, réduction sur l’achat, parkings ou garages offerts. Au final, une belle économie pour l’acheteur, surtout s’il emprunte sur une longue durée.

Dans l’ancien, la baisse constatée par les professionnels est de 10 % en moyenne, quelquefois davantage. Sur Le Grau du Roi, un P2 proposé 119 000 € vient de se vendre 105.000 € au bout de 6 mois.

On n’est pas redescendus au niveau des années 90 – et sans doute on n’y reviendra pas – mais les prix actuels reviennent en adéquation avec les moyens des acquéreurs.

2. Crédit davantage accessible

Il y a peu, pour un emprunt sur 20 ans, le taux était de 5,40 % + assurances. Maintenant, pour la même durée et à profil égal, on trouve à 4,60 %. Tout bénef pour l’emprunteur ! Autre bonne nouvelle : contrairement à ce que l’on pouvait craindre, le robinet des banquiers ne s’est pas tari : ils continuent à prêter.

3. Des avantages fiscaux importants

A condition de bien monter son dossier, l’acquéreur peut additionner quelques avantages qui, cumulés, peuvent représenter jusqu’à 20 % du prix d’achat. Doublement du prêt à taux zéro, déductibilité des intérêts d’emprunt (jusqu’à 40 % la première année et 20 % les quatre années suivantes). C’est extrêmement incitatif.

4. Des aides pour l’amélioration

Vous envisagez d’acquérir un poêle à bois, de faire des travaux d’isolation, d’installer une climatisation, de produire votre eau chaude par énergie solaire… Des subventions sont aussi accordées, qui diminuent d’autant la facture de l’investissement.

5. Les investisseurs cajolés

Le dispositif Robien reste en vigueur. Il permet de minorer ses revenus imposables jusqu’à 50 % de l’investissement. Dans le même esprit, la loi Borloo qui permet, elle aussi, d’amortir 50 % de l’investissement sur 9 ans.

Et maintenant, la loi Scellier, en vigueur depuis le 1er janvier, qui permet une réduction d’impôts de 25 % sur 9 ans et de 37 % sur quinze ans. Il s’agit bien d’une réduction d’impôts et non plus d’un abattement sur revenu imposable comme avec les dispositifs Robien et Borloo.




Ma vision de sortie de crise!

10022009

xbox360xboxlivevision01.jpgPuisque tous les experts se sont trompés; moi qui n’en suit pas un…, je vais vous donner mon idée sur ce qui va se passer dans les mois et années à venir!

La crise est violente – elle sera courte! Les prix de l’immobilier baissent déjà moins, les acquéreurs sont de retour dans les agences, les ventes se font… difficilement mais elles se font. Au printemps 2009, les 780 Milliards injectés par Obama dopent l’économie US qui redémarre dès la fin 2009. En cette fin d’année tous les états en sont à leur 3e voire 4e plan de relance et ça marche!

Les banques annoncent de nouveau des profits, ont reconstitué leurs trésorerie et prêtent de nouveau en masse car la confiance entre établissements est revenue. Aucune faillite n’est intervenue depuis Lehman Brothers. La confiance en ce printemps 2010 est également revenue dans les ménages, la consommation également.

Reste un problème: comment rembourser les dettes abyssales de chacun des états?

L’INFLATION – depuis 2011, les Etats Unis ont laissé filer les prix, les salaires et l’inflation y est installé durablement. 7% en 2011, 9 en 2012, plus de 14% en 2015. En France c’est la même chose! Le seul avantage – La dette à fondu de moitié et les hausses d’impôt sont mesurées.

Il ne reste plus au Président Sarkozy qu’à finir tranquillement son 2e mandat




Vérités et mensonges sur l’immobilier

10022009

arton882.jpgExtrait des Echos: Il ne fallait pas rêver. L’immobilier ne pouvait pas rester à l’écart de la crise financière et de la crise économique, lui qui se nourrit de crédit et de confiance. Or le crédit est devenu plus rare et plus cher et la confiance des ménages est ébranlée par la situation économique. Ces ménages qui constituent les bataillons de la demande en logements, de plus en plus forte, craignent pour leur emploi et préfèrent garder leur épargne.

De toute façon, beaucoup sont depuis longtemps désolvabilisés par la cherté des prix et dissuadés d’acquérir par les banques. Les annonces d’une baisse inéluctable et durable des valeurs vénales, les scénarios de pure fiction prévoyant des diminutions de 10 % annuelles jusqu’en 2012 alimentent l’attentisme.

Quelques vérités : les prix ne s’écroulent pas, ils se rétractent. Les acheteurs ont intérêt à attendre la baisse proclamée, mais les propriétaires qui ne sont pas obligés de vendre font le gros dos. Beaucoup préfèrent garder leur bien et le mettre en location en attendant des jours meilleurs. L’offre de logements n’émane que de vendeurs en attente d’un prêt relais, ou contraints de déménager ou de régler une succession. En position de faiblesse, ils sont amenés à céder du terrain aux acquéreurs alors en position de force pour négocier.

La baisse des prix sera limitée parce que le marché résidentiel est un marché de besoins où la demande reste largement supérieure à l’offre. Cette baisse sera aussi sélective ne touchant que les zones les moins attractives.

Il n’y a pas un marché immobilier mais une myriade de micromarchés : certains subissent une réelle baisse des valeurs, d’autres enregistrent tout au plus une pause. L’euphorie immobilière avait gommé la hiérarchie des prix entre l’ancien et le neuf, le libre et l’occupé, les centres-villes et les périphéries. Celle-ci va se recréer.

Ainsi, le reflux des ventes s’explique par un désaccord entre des vendeurs dont l’intérêt est de vendre au plus cher et des acheteurs qui n’ont pas réussi à faire baisser les prix, même s’ils ont en partie repris le pouvoir. Pour rappel, en euros constants, les logements n’ont retrouvé leur haut niveau de prix de 1991 qu’en 2004, et n’ont pas cessé d’augmenter depuis. Les particuliers ont ainsi engrangé depuis dix ans de substantielles plus-values (+ 140 %) et ne seront pas appauvris par cette pause d’un ou deux ans. La marge est encore substantielle.

Les pronostics les plus pessimistes peuvent être déjoués. La crise a été subite et violente, la sortie de crise peut être plus rapide que prévu et se dessiner dès la fin de l’année. Pour peu que la BCE baisse encore son taux directeur et que les banques répercutent cette baisse sur le niveau des prêts à long terme, l’horizon pourrait s’éclaircir. En baissant de près de 1 point, depuis novembre, les taux du crédit logement ont déjà augmenté de 15 % le nombre d’acquéreurs potentiels.

A l’heure où tous les placements semblent menacés, la pierre pourrait bien à nouveau attirer tous ceux qui avaient oublié sa qualité de valeur-refuge.







Le Financier |
NORMES IAS et IFRS |
ACF marchés |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cbatamo
| banquecio
| PARQUET, WOOD FLOORING