Recherche nouveaux biens en gestion

30042009

bd27.png cliquez sur l’image




Bilan 1er quadrimestre 2009 et prévisions

30042009

images9.jpg Et bien voilà, nous terminons ce soir le 1er quadrimestre sur un résultat… étonnant! Une augmentation de 55% du nombre de ventes par rapport à la même période 2008 (non, non, je ne ment pas!). Mais pour être honnête, la moyenne de commission à chuté dans la même période: – 36%.

Je ne veux pas crier victoire trop tôt mais localement le marché semble reparti durablement… ave une baisse constaté des prix de 15% par rapport à septembre 2008.

Les prévisions sont plutôt bonnes avec une constante augmentation du nombre d’acquéreurs en agence, et un excellent mois d’Avril en terme de réalisations (le record pour un mois d’avril).

Notre réorganisation administrative et commerciale (Jean-Marc qui gère désormais l’ensemble de nos mandats et transfert « progressif » de notre agence d’Aigues-Mortes au centre médical) doit nous permettre de mieux servir nos clients. 




Plus d’infos sur les crédits immobiliers

30042009

images8.jpgLes prêts aux particuliers ont diminué de près de 40 % au premier trimestre. (figaro)

Les taux des crédits immobiliers ont baissé au premier trimestre, mais cela ne suffit pas à redonner aux ménages le goût d’emprunter. La production de crédits habitat a chuté de 39 % par rapport à la même période de 2008, «Du jamais-vu». La récession économique et la remontée du chômage, mais aussi, dans certains cas, les anticipations de nouvelles baisses de prix de la pierre ont favorisé l’attentisme. Les acheteurs jouent la montre.

Signes d’embellie

 

Pourtant, les taux des crédits immobiliers ont baissé de 0,73 % depuis novembre dernier, passant de 5,15 % à 4,42 % en mars (4,57 % en moyenne au premier trimestre) ! «Une baisse aussi rapide n’avait pas été observée depuis le printemps 1993… Mais, à l’époque, les taux étaient à 10,74 %» , souligne l’Observatoire. Les taux ont retrouvé leur niveau d’août 2007. «Ils peuvent encore descendre à 4,25 %, voire 4,15 %, mais pas au-delà», estime Michel Mouillart.

Les ménages emprunteurs retrouvent ainsi un peu de pouvoir d’achat. Le niveau des mensualités (pour un même capital emprunté) a ainsi diminué de 5 % en moyenne depuis octobre dernier, toujours selon l’Observatoire. Une amélioration financière à laquelle de plus en plus de ménages seraient sensibles.

Depuis quelques semaines, les professionnels évoquent en effet un frémissement du marché, en particulier pour les logements neufs. Que penser de cette embellie ? «Elle pourrait être temporaire et doit être prise avec prudence» , avance Olivier Eluere. La dégradation de l’économie et du marché de l’emploi devrait en effet continuer à peser sur le moral des ménages, favorisant « la prudence et l’atten­tisme » .




Nouveau record!!!

27042009

images7.jpg  349 personnes distinctes se sont connectés hier sur ce Blog, faisant de ce site le plus consulté sur le canton. Merci à vous tous…




Magnifique dessin animé sur la crise immobilière aux états-unis (en Anglais)

25042009

C’est très « hype » de poster des articles en anglais mais c’est une spéciale dédicace pour nos clients de San Diego ;)

Image de prévisualisation YouTube




Les prix des villas sur Aigues-Mortes en Avril

25042009

1cotationpricegraphgeneratoraspx.pngcliquez sur l’image




A montpellier, les promoteurs ont le sourire

25042009

images5.jpgAvec 730 logements neufs réservés, Montpellier a connu un premier trimestre « exceptionnel » Le premier trimestre 2009 a confirmé ce que les professionnels de l’immobilier estimaient. La reprise est bien là. . « C’est le résultat le plus élevé depuis quatre années ». Plusieurs raisons expliquent cette embellie.

Un : « Nos amis banquiers se sont mis au boulot. » Ce qui signifie que les banques prêtent plus facilement.

Deux : les taux baissent. « Ils se situent aujourd’hui entre 4 % et 4,20 %, voire 3,90 % pour les primo accédants. »

Trois : la baisse des prix du m², qui tourne en moyenne autour de 3 160 €, contre 3 350 il y a un an.

Quatre : l’impact de la loi Scelliez, particulièrement attractive pour les investisseurs. « Grâce à ce texte, qui permet des réductions sur le montant de l’impôt à payer, nous touchons une autre clientèle » , se réjouit Marc Sechaud, patron de la société de promotion Cogim. Lequel mise également, dans le même temps, sur une relance de l’achat dans le logement ancien. « L’ancien est bloqué, l’accession est coincée à cause du niveau des prix. Nos collègues agents immobiliers doivent faire comprendre aux propriétaires qui désirent vendre que le marché ne peut plus accepter des montants trop élevés. » Il estime que la correction de 5 % à 10 %




Record d’audience pour le site SeLoger.com au mois de février

23042009

px06pcae4n7ebcapvewt6caeqff7fcax89lc5ca8hwb0qcavme32scaezxurqcakh4cuxca37lbebca7o8k94cavzggzwcahr14aycahpb40kcaujuj0kca0vov4tcascppvvcaqjpu4hcaiuay6i.jpgMême avec des prix encore élevés et des banques plus frileuses pour les financer, l’engouement des Français pour l’immobilier semble loin de se tarir. A défaut de concrétiser rapidement un projet immobilier, ils fréquentent assidûment les sites d’annonces immobilières afin de dénicher la perle rare. En témoigne le record d’audience réalisé par le site SeLoger.com pour le mois de février : 2 550 000 visiteurs uniques qui ont en moyenne passé 20 minutes chacun sur le site.

SeLoger.com affirme également envoyer chaque mois plus de 17 millions d’alertes e-mails aux internautes inscrits en recherche d’un bien immobilier, pour la location ou l’achat, et totaliser près de 70 % de part d’audience dans toutes les régions de France : « Nous sommes ravis de ces résultats qui démontrent aussi la qualité du contenu et la pertinence des outils que nous mettons à disposition des internautes. Nous mettons tous les moyens en œuvre pour continuer à être les premiers à accompagner les Français dans leur recherche de biens immobiliers », affirme Roland Tripard, Directeur général du groupe SeLoger.com.

Cela tombe bien puisque nous sommes un annonceur « phare » de ce site: Totalité de nos annonces en ligne, « master » vignette, isite virtuelle.

« Qui fait le plus de communication sur le canton : Lombard Immobilier »




Immobilier : et si c’était le moment d’y revenir ?

23042009

images4.jpgUn certain nombre d’éléments positifs peuvent inciter à revenir sur le marché :

- Les cadeaux fiscaux mis en place par le régulateur depuis le début de l’année (notamment les lois Scellier et LMNP nouvelle version) pourraient bien ne pas durer. Comme il faudra bien que quelqu’un paye l’énorme débauche de dépenses publiques à laquelle nous assistons, il est à parier que le gouvernement, malgré ses dénis, sera acculé à augmenter les impôts, ce qui prendra en premier la forme de la suppression ou du plafonnement des niches fiscales. Autrement dit, certes le prix des biens sera probablement encore plus bas l’année prochaine mais, comme l’aubaine fiscale va probablement disparaître, le coût réel d’acquisition pourrait être finalement plus élevé.

- Outre l’augmentation des impôts, l’autre grand mal qu’entraîneront ces flots de dépenses publiques est le retour de l’inflation. D’une part, cela impliquera une augmentation des taux d’emprunt. C’est ainsi probablement vers la fin 2009 que le coût du crédit devrait être le plus faible pour les particuliers. Ensuite, la pierre a toujours bien résisté à l’inflation et, lorsque les prix galopent, mieux vaut être débiteur que créancier.

 

 




Comment empruntent les Français?

21042009

100568s.jpgEn 2008, les Français ont emprunté en moyenne 150.512 euros, soit une baisse de 1,7% par rapport à 2007, selon le bilan dressé par Empruntis.com. Un constat qui s’explique par le niveau de l’apport moyen en progression de 8%. Et par conséquent, les consommateurs qui ont emprunté de l’argent en 2008 remboursent plus généralement leur emprunt sur 20 ans.
Le bilan d’Empruntis.com trace le nouveau portrait du consommateur-emprunteur en 2008 : ce dernier est un peu plus âgé qu’en 2007, 36 ans. Il bénéficie également d’un salaire plus avantageux, en moyenne 4.208 euros nets par mois. Dans le même temps, son apport moyen est de 33.800 euros. L’année dernière, les crédits ont été contractés à des taux moyens à 4,96% sur 15 ans et à 5,06% sur 20 ans.
Toutefois, ces chiffres n’étant qu’une moyenne, d’importantes différences se tracent entre les régions françaises. Par exemple, les franciliens ont été les seuls dans l’Hexagone à devoir emprunter au-delà d’une moyenne de 150.000 euros (190.952 euros) pour espérer acheter un logement.
Par ailleurs, les consommateurs de la région Est font les frais du plus fort taux moyen des crédits contractés sur 20 ans, à 5,12%. A l’inverse, les habitants de la région Méditerranée bénéficient du plus faible taux moyen pour le même type de produit, à 5,01%.

 






Le Financier |
NORMES IAS et IFRS |
ACF marchés |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cbatamo
| banquecio
| PARQUET, WOOD FLOORING