• Accueil
  • > Archives pour février 2012

Logement : 200 euros par mois de dépenses d’énergie

29022012

Neuf Français sur dix voient les dépenses énergétiques de leur logement grimper, selon le baromètre de Sofinco. Afin de contenir la hausse, ils ont tendance à devenir éco-citoyens.

En moyenne, les Français déclarent dépenser chaque mois quasiment 200 euros (191,9 euros) pour leurs factures d’énergie. Les ménages aux ressources les plus faibles (moins de 1.000 euros par mois), avec une moyenne de dépenses de 209 euros, déboursent plus que les foyers plus aisés (167 euros). « Cette différence pourrait s’expliquer par un équipement plus vétuste et plus consommateur d’énergie pour les foyers les plus modestes » commente-t-on chez Sofinco, qui a réalisé cette étude auprès d’un échantillon représentatif de 957 personnnes. Par « dépenses énergétiques », il convient d’entendre le montant versé par les particuliers pour les consommations et abonnements liés à leur logement : électricité, gaz, fioul, bois, etc…

De même, les Français vivant dans des maisons individuelles déclarent un budget moyen plus important (220,1 euros) que ceux résidant en appartement (140 euros). Dans tous les cas, pour près de neuf Français sur dix (87%), les dépenses énergétiques ont progressé ces dernières années. Et ce, quel que soit leur profil.

Gestes éco-citoyens

« Prise de conscience écologique ou préservation du portefeuille, les Français sont nombreux à adopter des comportements éco-citoyen… » poursuit ce sondage. Dans la pratique, amenés à redéfinir leurs comportements en matière d’énergie, les Français ont appris à se limiter : 98% d’entre eux ont déjà modifié au moins un geste quotidien, afin de réduire les dépenses énergétiques de leur logement. Par exemple, ils sont 92% à ne faire tourner leurs appareils ménagers que lorsqu’ils sont pleins. Désormais, ils sont aussi 88% à favoriser les ampoules basse consommation ou encore à préférer la douche au bain. Malgré ce comportement éco-citoyen, ils ne font pas jouer la concurrence entre les différents fournisseurs d’énergie.Cependant 73% ont déjà effectué des travaux visant à alléger leur poste de dépenses liées à l’énergie : pose du double vitrage (64%), isolation des combles (46%) ou encore isolation du toit et des murs (45%). Sans doute pour des problèmes de coût et de retour sur investissement, ils ne sont pas prêts à changer leur installation de chauffage.

 

Source:Lesechos.fr




Comment financer ses travaux à moindre coût

27022012

Comment financer ses travaux à moindre coût 16Le crédit d’impôt développement durable permet de réduire la note sur certains équipements. Revue de détails.

 

290785_0201903261258_web

Mis en place en 2005, le crédit d’impôt développement durable (CIDD) se taille depuis quelques années un franc succès. Il vous permet de réaliser des travaux dans votre logement à moindre coût, en diminuant vos impôts. Et si vous n’en payez pas, l’Etat vous rembourse. Reste que ce dispositif ne cesse d’être retouché. L’Etat cherche à réorienter cette enveloppe très budgétivore, vers les travaux les plus performants. L’année 2012 ne fait pas exception. Seule bonne nouvelle, le crédit d’impôt qui devait s’éteindre fin 2012 est prolongé jusqu’au 31 décembre 2015 pour certains équipements.

Les travaux éligibles

Vous avez droit au crédit d’impôt si vous êtes propriétaire ou locataire de votre résidence principale ou si le logement est destiné à la location. Dans ce dernier cas, vous devez prendre l’engagement de le louer à titre de résidence principale à un locataire pendant au moins cinq ans. Cette durée court, selon les cas, soit à partir de la date de réalisation et de paiement des travaux si le logement est déjà occupé, soit à partir de la date de mise en location. Que vous soyez occupant ou bailleur, le crédit d’impôt développement durable 2012 concerne l’achat de matériaux d’isolation thermique (parois opaques et vitrées), les chaudières à condensation et à bois ou autre biomasse, les chaudières micro-cogénération gaz (nouveauté 2012), les appareils de régulation et de chauffage, les équipements de production utilisant une source d’énergie renouvelable (chauffe-eau solaire, pompe à chaleur, raccordement à un réseau de chaleur…) ou encore les équipements de traitement ou de récupération des eaux de pluie. Le diagnostic de performance énergétique (DPE) réalisé à l’occasion de travaux bénéficie, lui aussi, du crédit d’impôt, à condition qu’il soit réalisé en dehors d’un cadre légal, c’est-à-dire en dehors d’une vente ou d’une location, puisque, dans ces deux cas, le diagnostic est obligatoire.

Pour la plupart des travaux envisagés, le logement doit avoir été achevé depuis plus de deux ans. Le fisc admet toutefois que les logements neufs (vente en l’état futur d’achèvement, construction) en bénéficient aussi, dès lors que la dépense concerne un équipement prévu par le promoteur ou le constructeur et qu’il soit lié aux énergies renouvelables ou qu’il concerne une pompe à chaleur. Mais, attention, c’est donc la dernière année pour en profiter : les logements neufs ne seront plus éligibles en 2013. A noter aussi que, en 2012, l’installation de fenêtres ou de portes d’entrée dans une maison individuelle n’ouvre plus droit au crédit d’impôt, sauf si cette installation s’accompagne d’autres travaux.

Les taux revus à la baisse

Le montant du crédit d’impôt varie selon le type de travaux réalisés. Dans ce domaine, la loi de Finances pour 2012 modifie sensiblement la donne, puisque, à la baisse programmée des taux, s’ajoute le coup de rabot de 15 % opéré sur les niches fiscales. De fait, en 2012, les taux du crédit d’impôt oscillent entre 10 % et 32 % (lire tableau), contre de 13 % à 45 % l’année dernière. Mais une majoration de 8 % est instaurée en cas de réalisation d’un bouquet de travaux. Par exemple, si vous achetez et faites poser des fenêtres à double vitrage et si vous réalisez des travaux d’isolation de vos murs. Quel que soit le taux auquel vous avez droit, celui-ci s’applique au montant de la dépense dans la limite d’un plafond de dépenses pluriannuel (s’étalant sur cinq ans) fixé à 8.000 euros pour un célibataire, 16.000 euros pour un couple marié ou pacsé (soumis à imposition commune) ou encore à 8.000 euros par logement pour un propriétaire-bailleur. N’espérez pas profiter du crédit d’impôt sur les éléments de raccordement (tuyaux, gaines de distribution, fils électriques…), pas plus que sur les frais annexes (intérêts d’emprunt liés à un crédit par exemple) ou de main-d’oeuvre. Sauf pour les travaux d’isolation thermique des parois opaques.

Un double plafond

Attention, pour certains travaux, la dépense est plafonnée. C’est par exemple le cas des travaux d’isolation. Le crédit d’impôt est pris en compte dans la limite de plafonds fixés à 150 euros TTC par mètre carré de paroi isolée par l’extérieur et à 100 euros TTC par mètre carré de paroi isolée par l’intérieur.

Source: Leséchos.fr







Le Financier |
NORMES IAS et IFRS |
ACF marchés |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cbatamo
| banquecio
| PARQUET, WOOD FLOORING